Lire en ligne

mardi 26 septembre 2017

printemps - été 2017

Avril-Mai-juin 2017

Le cheval est blanc comme la grenouille est verte

allant vers le soleil
elle allait vers la fin
vers la beauté
elle allait vers la mort
les rats de sable derrière les rochers
le blaireau fourrure morte comme chat
dans le fossé allant vers le soleil

par-dessus la mer aztèque
quand le ciel prend feu
je plonge verticale les pieds premiers
vers les sources brûlantes

Locquirec
floraison blanche et mirobolante
des prunelliers


il y a la vie
il y a la mort
il y a le cheval blanc
il y a le coquillage
il y a
ce que l’on ne sait pas encore
il y a l’âge
il y a les chemins
il y a la vie
il y a la mort
il y a
ce que l’on ne sait pas encore
***
je m’en vais en voyage
dans une grange
là où la paille est rêche
n’y a pas sa place le rêve

seul l’impact
du réel de la pierre
des météores

***

les mots à la place du geste
la poésie à la place du sexe


Juillet 2017

le cœur est un muscle
alors l’amour

*************

Subsistera le testament du crocodile, nos larmes --

Au chant du loup personne pour s’alarmer au loin --
Personne
ayant perdu tout droit de regard
sur la vie d’enfants mis en pâture
tout droit de parole

Subsistera le vol d’un balbuzard
au loin

Août 2017

Il dit

il ment

il dit vrai que l’ermite n’entend rien
trop plein de questions
que salomon reçoit tout n’ayant demandé que sagesse
le reste tout le reste donné de surcroît
il dit
ce qui me tente m’attire m’aimante
il dit clair et dénoue
je renoue

il dit

il ment

je le crois


1 commentaire: