Lire en ligne

mercredi 23 janvier 2019

2019-01



Parfois vivre me confonde
et les fleurs mauves à si belles
de velours fanent et fondent
d’amours mortes et funèbres
funèbres chants eaux noires
en tristesse en partage en gravier
et comme les glaciers fondent
aspirent aux lèvres aspirent
aux chants déconvenus les rêves
le corps ondule embarqué de musiques
frappées au milieu de nos jours mortes
parfois vivre me confonde
et morte me morfonde
en vouloir dans la rivière se confondre
jusqu’à la mer là-bas la mer parvenir
noyée brassée mer et nuit
rejointe par l’immense inertie du sens
effleurée en prière en barque en silence
le cri vers dieu de chaque âme éperdue
Parfois vivre me confonde



© anne jullien
~ 20 Janvier 2019