Lire en ligne

dimanche 7 avril 2019

mourir en vrai


Moi j’aime bien rien

alors je trace la route
je visualise le petit véhicule et les démons des bouddhas
les sages des contes à l’envers et très très perturbés

l’abyssal vide en moi dont rien de rien non rien de rien
ne peut m’extirper gagne du terrain sort de moi comme un alien qui m’enveloppe se retourne gluant sur ma peau fore mes os élastique mes muscles et vicie mon sang
ce quelque chose de succube d’aspirant de goulu suce ma moelle et tout le désir désirant qui me laisse vivante et totalement décédée
je suis très coutumière de ça
des années de praticienne ont laissé au fond de mes poches et partout dans l’estomac des billes pas contre ça mais pour passer le gué résister à l’aspiration
résister à la folie

il n’y a pas de remède à cette chose pansue glauque métallique et pleine de farine
qui m’étouffe
aucun remède contre ça qui n’est pas une maladie pas un mal pas une blessure
parce que cette chose-alien c’est le goitre de tout être vivant, c’est le manifeste humain la grande inespérance, le rien le vraiment rien l’évident non-sens de vivre d’être né de poursuivre
c’est la manifestation exagérée provocante de l’abyssal insensé d’être là le vertige blanc sec qui l’estomac retourne et ne s’alimente de rien ne peut plus rien inventer pour se contrer lui-même
ce goitre c’est le vrai
le reste n’est que troncature

alors me laisse sucer par le goulu, disparaître en tant qu’être pensant constitué fabriqué, accepte le faux de toute existence celle-ci comme un sac avec dedans l’amour la création le fourbi de chacun, refuse le combat n’ai pas de couilles m’en porte sans, me vois défaite et sous la pluie respire, ne me laisse pas emporter lécher absinthement, à ma façon accepte à ma façon résiste au grand rien miséricorde on ne me prendra jamais plus aux pièges des remèdes et du sens de la vie et de soi

il s’agit de se laisser traverser de traverser de voir si on revient sur terre à peu près intacte mais c’est faux puisque touchée je le fus
la résurrection c’est ordinaire douloureux insensé vital
jusqu’à mourir en vrai


10/02/2019